Installation Laurent Guérel & Sébastien Roux

Mérè fou logou *
Installation sonore / séance d’écoute
Conception et réalisation : Laurent Guérel et Sébastien Roux
Voix : Léa Moreau enregistrée par Nicolas Charbonnier
Vinyle : Flo Kaufmann
Le 3 juin 1911, dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, Ferdinand Brunot (linguiste et professeur d’histoire de la langue française à la Faculté des lettres de Paris) inaugure les Archives de la Parole.
Dans son discours, il expose les grands axes du projet :
  • constituer une bibliothèque sonore de la langue, en enregistrant sur disque, le français, les patois hexagonaux et les langues étrangères ;
  • développer à l’aide de ces enregistrements la science et l’analyse de la parole.
Le 3 septembre 2014, Léa Moreau a lu le discours de Ferdinand Brunot. Nicolas Charbonnier l’a enregistrée.
Notre proposition pour la Sorbonne utilise cet enregistrement comme une partition musicale.Dans la Salle des Autorités, celui-ci est diffusé dans sa version initiale.

Dans le Grand Amphithéâtre, nous diffusons une partition pour 4 groupes de haut-parleurs. Ces groupes symbolisent le lien entre perception et discours, compréhension et altération. Des représentations probables à la représentation compréhensive, chacun occupe une position spécifique dans l’amphithéâtre.
  • Le premier groupe, situé au centre du parterre, diffuse la voix de Léa par intermittence, seuls certains mots de l’enregistrement ont été conservés.
  • Le deuxième groupe, occupe le demi cercle de gradins entourant le parterre. Le matériau sonore correspond à toutes les évocations sonores présentes dans le discours de Ferdinand Brunot (« que serait-ce si vous entendiez hurler la bête », « tandis que certaines voyelles claironnaient », « un léger bruit de grattement », etc …)
  • Le troisième groupe, situé dans les balcons au dessus, utilise les hauteurs et les rythmes de la voix enregistrée pour contrôler un synthétiseur.
  • Le quatrième enfin, située dans les alcôves, fait résonner la voix dans ces espaces et la transforme en trame sonore.
En fin de parcours, Flo Kaufmann presse un vinyle de cette interprétation. Impression en relief, par creux et par saillies, un pont entre 1911 et aujourd’hui.
Laurent Guérel et Sébastien Roux – septembre 2014
*  « les parties de l’énoncé »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :